Après avoir beaucoup travaillé en direction de la jeunesse, le Théâtre Dijon-Bourgogne – CDN de Dijon a eu envie d’éprouver une collaboration plus étroite avec des lycéens.

Avec le Festival I-Nov-Art - Créations partagées, l’ambition est d’aller plus loin dans le partage de l’art avec la jeunesse en plaçant les jeunes au coeur du processus de création. C’est dans cet esprit que 6 projets (3 créations théâtrales, 1 court métrage, 1 feuilleton radiophonique et 1 exposition) sont développés avec des lycéen.ne.s et seront présentés au public dans le cadre de la programmation du festival. Dirigés par un.e artiste, 6 groupes vont être amenés à créer différentes formes artistiques dans des conditions professionnelles.

Le grand dehors est un projet qui propose à des élèves d’exprimer leur rapport aux espaces qu’ils habitent et occupent : Dans quels lieux aiment-ils être ? Comment les perçoivent-ils ? Qu’en attendent-ils ? A partir de ces lieux comment se projettent-ils   l’ext rieur, dans le grand dehors ?

Depuis un certain temps, Raphaël Patout conduit un travail de création et de réflexion sur les lieux, sur l’architecture et sur leur mise en récit. Au travers de spectacles, d’expositions et d’éditions, il met en évidence comment les espaces habités " disent " l’habitant, comment l’organisation matérielle de nos vies génère des formes et raconte ce que nous sommes.

En mobilisant des élèves autour de leurs experiences de l’espace et du temps, il s’agit de partir du présent, de ce qui est sous nos yeux, et de peu à peu les amener à exprimer leurs projections, leur imaginaire, leurs rêves… à raconter le grand dehors… et leur horizon... Le grand dehors est un projet qui conjugue écriture, théâtre et arts plastiques. Les étudiants sont invités à se cartographier, à mettre en récit différents aspects de leur personne : goûts, affects, pensées,

racines, rêves, etc.

Suite à un atelier imaginé par le metteur en scène Raphaël Patout, 35 élèves du Lycée agricole Félix Kir de Plombières-les-Dijon présentent une installation sur la relation qu’ils entretiennent avec le monde et les lieux liés à leur scolarité.

« Depuis quatre ans, je travaille sur la question de l’architecture, de l’urbanisme, et plus largement sur la question de « l’habiter », c’est-à-dire sur la façon dont notre rapport au bâti et aux paysages vient structurer notre manière de penser, notre manière de vivre. Quand Benoît Lambert m’a proposé de participer au Festival I-Nov-Art, j’ai eu envie de prolonger un projet intitulé Cartographier l’intime, réalisé au Lycée Félix Kir, il y a deux ans. J’ai ainsi interrogé 35 élèves sur leur façon de percevoir cet établissement scolaire.

Des adolescents débordant de vie

Nous sommes partis de leur expérience concrète des lieux qui composent leur lycée, mais aussi des territoires qui existent au-delà : le « grand dehors ». Ces lycéens ont raconté comment ils habitent le monde. Pour cela, ils ont écrit des textes et produit des images. Toute cette documentation a fait l’objet d’une mise en forme, effectuée avec le scénographe Antoine Franchet, qui a donné lieu à une exposition. Au sein de cette installation, ce sont tous les rêves de ces jeunes gens riches d’idées qui s’expriment, toute la créativité de ces adolescents débordant de vie. »

M.P.S.

Journal La Terrasse

Propos recueillis / Raphaël Patout
Parvis Saint Jean / Conception Raphaël Patout

Publié le 25 octobre 2020 - N° 288