PAYSAGE(S)

2017

L’homme, en complet veston cravate, pieds et mains ensanglantées et bandées (stigmates de la crucifixion) (s’agit-il du Christ-créateur-ressuscité ou condamné ?) est enfermé entre quatre colonnes dans une cage de cordes et (à l’avant-scène) d’une grille de fer. Aux cordes, de multiples figures géométriques (des dessins de Léonard de Vinci , de Dürer ?) sont accrochées. L’homme – le géomètre ? l’architecte ? le créateur ? – est en attente dans son atelier. Quatre coups de projecteurs, sous quatre angles de vue différents (éclairages de Hugo Dragonne), accompagnent quatre coups de percussions musicales. Dramatisation immédiate. L’homme silencieux dans son atelier (il ne dira mot) s’affaire. Il prend des mesures, géométrise tout, architecture tout, éprouvant l’ « irrépressible » besoin de calculer, de géométriser, d’harmoniser ? Il est l’homme, le géomètre, le créateur. Par le biais d’un rétroprojecteur, il diffuse sur un mur différentes reproductions de tableaux … dont une descente de la croix (de Rubens ?). Il tire des cordes. Il reproduit les mesures de l’espace sur lui-même. Au fur et à mesure de sa quête « fiévreuse », il se dévêt jusqu’à se retrouver nu. Sur les lignes de son corps, il reproduit les lignes géométriques du prisme fondamental (mélancolique ? d’Albrecht Dürer ?). Avec des tasseaux de bois, il édifie une construction, bientôt devenue toit, où il se réfugiera.

Jean-Michel Potiron

Avec
Benjamin Mayet
 

Conception et mise en scène

Raphaël Patout


Lumières

Hugo Dragone